Poison et antidote aux injections (1)

Où l’on reparle du graphène et de son antidote. Merci Le Passeur

Source Le Passeur pour Urantia Gaïa

L’oxyde de Graphène est désormais identifié avec une documentation sérieuse comme la cause principale des symptômes observés du soit-disant COVID.

Les travaux initiés par Quinta Columna en Espagne ont abouti et continuent à aboutir chaque jour un peu plus à révéler le pot aux roses, mais aussi et surtout à pouvoir aider les personnes qui ont cédé à l’injection déguisée en vaccination.

Ces informations sont capitales, faites-les circuler. Le Passeur

Oxyde de graphène, champs électromagnétiques et antidotes

Le site Orwell City qui a été le premier à dénoncer la présence d’oxyde de graphène dans les injections, masques et tests grâce à ses traductions en anglais du site La Quinta Columna, vient de publier une synthèse sur l’arme du crime extrait d’une vidéo sur Rumble (sous-titrée en anglais).

Il est manifeste que l’empoisonnement à l’oxyde de graphène donne tous les symptômes attribués au « covid-19 » et ceux attribués aux différents effets secondaires des injections.

Par ailleurs, il fait le lien avec la 5G qui active les effets du poison et parle de ses « antidotes » : en gros des anti-oxydants puissants (glutathion) auxquels j’ajouterai la vitamine C et le magnésium, qui agit indirectement en tant qu’oxydant, participant, entre autres, à la synthèse du glutathion. Les crucifères (famille des choux) contiennent également beaucoup d’anti-oxydants.

Rappel d’un site qui parle du glutathion et cite quelques marques (soyez vigilants et n’achetez que la forme réduite !) : https://doctonat.com/glutathion-notre-dossier-complet/

Enfin, il est possible de contacter La Quinta Columna, car ils comprennent le français. Adresse email en fin d’article.

Voici la traduction de la transcription de la vidéo. Encore une fois, je vous demande de diffuser ces infos cruciales qui révèlent le pot-aux-roses.

Apprenez comment La Quinta Columna a découvert la connexion entre l’oxyde de graphène et les champs électromagnétiques.

Nombreux sont ceux qui connaissent déjà le travail accompli par l’équipe de chercheurs espagnols.

Ce sont eux qui ont eu le courage de se procurer une ampoule de vaccin et de l’envoyer pour analyse à une université espagnole renommée grâce au Pr Pablo Campra Madrid qui compile et officialise les résultats dans un compte-rendu qui promet d’être plus décisif que le rapport préliminaire préparé pour le public en début de semaine dernière.

Il y a pourtant des gens qui ne connaissent pas La Quinta Columna. Si vous en faites partie, alors la vidéo suivante est faite pour vous. Orwell City a traduit, transcrit, sous-titré et édité la vidéo pour diffuser son message autour du monde.

Ricardo Delgado, fondateur et directeur de La Quinta Columna, en compagnie du Dr José Luis Sevillano, a participé à la 28ème conférence humanitaire organisée par la Coalition Mondiale pour la santé et la vie.

« La Quinta Columna veut bien faire comprendre depuis le début que nous avons l’obligation d’être unis car nous sommes dans la même bataille pour donner le meilleur de nous-mêmes et l’enjeu en est l’avenir de toutes les espèces. De la force et la vitesse dédiées à cette tâche dépendront l’avenir de toute l’humanité. Nous sommes aujourd’hui au moment précis à partir duquel les choses peuvent commencer à changer et en ce sens La Quinta Columna va résumer le résultat de ses recherches depuis un an et demi, mais surtout depuis les deux derniers mois. Et pourquoi ces deux derniers mois ? Je me souviens encore des mots du Dr José Luis Sevillano, nous travaillons en binôme, qui m’accompagne dans ces recherches. Il a dit lors du démarrage de la vaccination que nous allions vraiment voir ce qu’elle allait faire et quel matériel pourrait s’y trouver.

Puis nous avons réalisé qu’il y avait un phénomène nouveau que nous avons tenté pendant un temps de nier, bien qu’il soit maintenant évident en raison des millions de vidéos sur les réseaux sociaux et nous avons pu le mesurer avec des instruments : teslamètres, magnétomètres, etc. Je veux parler du phénomène magnétique ou pseudo-magnétique qu’acquièrent les gens après inoculation. Un phénomène magnétique d’un côté mais qui transforme les gens injectés en super-conducteurs et qui stocke aussi de l’énergie qu’on peut mesurer avec un multimètre à certains endroits, comme le front, par exemple.

À partir de là, nous avons commencé à chercher quel genre de matériel ou, dit encore mieux, de nanomatériel peut causer ce genre de propriété à l’intérieur du corps et nous avons trouvé quelques candidats. L’un d’entre eux était au départ le graphène. Le graphène acquiert dans le corps des propriétés magnétiques et c’est un superconducteur. Il sert à stocker et condenser l’énergie et c’était un candidat très plausible. Sans avoir aucune connaissance de ce qu’il y avait dans l’ampoule, nous avons réalisé que l’industrie ou plutôt le marché de l’industrie du graphène a vu une hausse au moment exact où la campagne de vaccination démarrait fin décembre et début janvier. Mais aussi, curieusement, durant la campagne de vaccination anti-grippe. Quand nous avons vu les possibilités que possède le graphène, ou plutôt, celles que les nanoparticules d’oxyde de graphène ont dans le corps en termes de neuromodulation et d’augmentation des effets électrophysiologiques neuronaux pour une cartographie du cerveau, nous avons réalisé la possibilité d’une injection de graphène. Peut-on injecter du graphène ? Oui. Et en fait, certains articles scientifiques ont déjà soulevé la possibilité qu’il puisse servir de nano-adjuvant dans les vaccins. À partir de ces soupçons, nous avons fait ce que chacun aurait fait et que nous vous recommandons de faire si vous avez accès à une ampoule de vaccin.

Nous avons eu accès à une ampoule non décapsulée de Pfizer envoyée à l’université en mon nom pour analyse et recherche du matériel en question, le graphène. Quelque temps de recherches après, grâce au Dr Pablo Campra Madrid, docteur en chimie, en biologie et membre de l’université d’Alméria, nous avons obtenu ce rapport préliminaire qui mentionnait une preuve solide de la présence de graphène dans l’échantillon et le fait que c’était aussi le principal composant de ce qu’ils nomment à tort « vaccin« .

Dès lors cette preuve solide a ensuite été complétée par d’autres techniques, comme la spectroscopie, le microscope électronique, les techniques pour les fréquences électromagnétiques, le microscope optique et la spectroscopie aux rayons ultraviolets, qui coïncide avec le pic de longueur d’onde de l’oxyde de graphène. Nous avons ensuite étudié la toxicité ou la cyto-toxicité du graphène dans le corps.

Prêtez attention à cette découverte : dans le corps, l’oxyde de graphène cause des thromboses, des caillots. Il cause un syndrome post-inflammatoire ou des inflammations systémiques ou sur de multiples organes. Quand l’oxyde de graphène dépasse les taux de glutathion – la réserve naturelle d’antioxydants du corps – il cause des altérations du système immunitaire, son effondrement et une tempête de cytokines. Inhalé, il se répand uniformément dans le tractus alvéolaire [alvéoles pulmonaires] et entraine des pneumonies bilatérales. Inhalé, il cause aussi une inflammation des membranes muqueuses et donc la perte du goût et de l’odorat : l’anosmie.

En bref, l’oxyde de graphène se comporte exactement comme le supposé Sars-Cov2 de la version officielle, générant l’exacte symptomatologie d’un covid-19 sévère. Quand il est installé au niveau des neurones il entraine une neuro-dégénération ou en d’autres mots un covid-19 neurologique.

À partir de là, nous avons donc commencé à voir quels composés, médicaments et traitements étaient possible pour dégrader l’oxyde de graphène. Et regardez ce que nous avons trouvé : une administration de N-acétylcystéine ou de glutathion, le dégrade. Car il contrecarre les radicaux libres et les oxydants, toutes les toxines qui peuvent entrer dans le corps.

Et nous avons découvert qu’il existait environ 300 études cliniques sur l’usage par certains hôpitaux et certaines universités de la N-acétylcystéine avec d’incroyables résultats. Par exemple, 100 patients avec des niveaux de saturation inférieurs de 50 %, quasiment morts – pour parler franchement – avec des pneumonies bilatérales, ont été sauvés une heure après l’administration intraveineuse de glutathion ou de N-acétylcystéine. On leur a enlevé l’assistance respiratoire.

Nous comprenons maintenant vraiment pourquoi ces traitements ont fonctionné : parce qu’ils s’adressaient à tous les symptômes de la maladie censée être due au sars-cov2. Étant donné qu’il n’y a à ce jour aucune preuve scientifique d’un réel séquençage et d’une isolation du sars-cov2, nous soupçonnons avec une foule d’indices crédibles que la maladie covid-19 est en fait l’effet secondaire de l’introduction d’oxyde de graphène dans le corps par différents moyens.

Et je parle de ‘différents moyens’, car, malgré leur retrait à l’époque, on a mis en service des masques contenant des nanoparticules d’oxyde de graphène et ils sont toujours commercialisés. Par des sociétés comme Nanografi, nous avons donc des masques avec de l’oxyde de graphène, mais aussi des nanoparticules introduites dans les tests PCR ; l’oxyde de graphène est présent aussi dans les tests antigéniques ; l’hydrogel en contient aussi, de même que le vaccin intranasal, car sous forme d’aérosol, l’oxyde de graphène est plus puissant. Le vaccin intranasal est aussi préparé par la Turquie, par exemple. Il est fabriqué par Nanografi contre le covid-19 et la grippe.

Nous savons que, naturellement, l’oxyde de graphène est éliminé par les taux de glutathion du corps et c’est pourquoi nous soupçonnons qu’il faille une deuxième, une troisième et même une quatrième dose aussi souvent : afin d’avoir votre dose considérable d’oxyde de graphène. En bref, nous parlons d’un empoisonnement massif simultané et graduel de la population mondiale.

Pensez que si le rapport préliminaire d’un professeur de l’université publique d’Alméria – et je sais qu’une étude semblable est faite dans d’autres universités européennes et latino-américaines – s’il est déterminé qu’il y a de l’oxyde de graphène dans les ampoules, comment est-il possible d’injecter de l’oxyde de graphène si les masques ont été retirés de la circulation parce qu’ils entrainent des affections pulmonaires dues aux nanoparticules ? Nous parlons d’un crime contre l’humanité avec la complicité des gouvernements ou tout du moins avec leur participation.

Quand nous avons étudié le glutathion, nous avons réalisé que son taux diminue à partir de 30 ans, mais par-dessus tout, il chute considérablement à partir de 65 ans. En fait, le covid-19 pèse lourd sur les gens âgés en terme de mortalité, en dehors de ceux qui ont une faible immunité et d’autres pathologies. Nous réalisons aussi que les enfants ont de fortes réserves de glutathion en raison de leur jeunesse et la maladie covid-19 n’a aucun impact sur les enfants. Le glutathion est particulièrement bas dans la population obèse, l’une des plus affectées par le covid-19. Nous réalisons que le glutathion est en lien avec les taux de vitamine D et les patients malades ont justement de faibles taux de vitamine D. Nous réalisons que les athlètes ont des taux élevés de glutathion endogène, qui est secrété par un exercice intense et les athlètes sont justement à peine affectés par le covid-19.

Tout ce que nous avons étudié par la suite ne fait qu’accroître et corroborer l’hypothèse selon laquelle le supposé Sars-Cov2 de la version officielle est précisément de l’oxyde de graphène. Et que tous les éléments de protection ou de supposée protection, qu’on nous a donnés : masques, tests PCR, écouvillons, tests antigéniques et vaccins – faussement dénommés vaccins – sont précisément tous les éléments qui feront que la maladie pourra se développer plus tard.

Pourquoi dis-je ‘plus tard’ ? Quand nous avons étudié le phénomène électromagnétique, nous avons compris que l’oxyde de graphène possède ce qu’on appelle une ‘bande d’absorption électronique’. L’excitation électronique, sa résonance magnétique est précisément dans la troisième bande de fréquence de la technologie 5G, celle qui est présentée en ce moment et qui, souvenez-vous, était avec nous durant la pandémie. Quand tout a vraiment commencé, nous avons eu trois ‘réseaux’ : le premier est celui de l’antenne terrestre 5G qui n’a jamais cessé d’être installée – car seuls les opérateurs d’antenne travaillaient – et qui curieusement ont été installées 8 fois sur 10 près des centres de gériatrie et des maisons de retraite et EHPADs, dans leur proche voisinage, endroits où justement la population est la plus affectée. Un autre ‘réseau’ interne : le graphène, selon le rapport préliminaire sur l’ampoule dans cette université. Et un réseau extérieur, celui utilisé par les satellites pour supposément fournir une couverture 5G.

C’est incroyable, nous sommes en train de raconter un film de science-fiction, mais croyez-moi, aujourd’hui la nanoscience, la neuroscience et la biotechnologie ont avancé énormément. Nous n’avons fait qu’une approximation dans le domaine de la science et dans les coulisses de la société civile. Une personne peut-elle être contrôlée ou neuro-contrôlée à distance ? Oui, c’est possible et c’est probablement fait de manière déguisée, ce qui peut expliquer certains comportements anormaux de la population, en particulier ceux qui ont été inoculés ou qui ont reçu des doses d’oxyde de graphène par différentes voies. Comme je l’ai dit, je sais que je décris un film de science-fiction, mais au point où nous en sommes, il peut être difficile de croire vraiment en quelque chose. En ce sens, nous disons que le covid-19 n’est que l’effet collatéral de l’introduction de ce nanocomposé par différents moyens, et nous soupçonnons qu’il a été introduit pendant la campagne anti-grippe de 2019.

Comme je le disais, l’oxyde de graphène possède une bande d’absorption à partir de laquelle il s’oxyde bien plus rapidement quand on appuie sur le petit bouton qui active la couverture de la 5G ou qu’on réalise un test technologique. Pensez-vous que ce soit une coïncidence si Wuhan – où le pangolin et la soupe de chauve-souris sont venus comme des éléments de distraction – soit la première ville au monde avec un essai de technologie 5G fin novembre 2019 et où ont débuté toutes les précédentes vaccinations anti-grippales contenant probablement de l’oxyde de graphène ? Quand il est excité, l’oxyde de graphène multiplie ses fréquences. Avec un signal minimum, il s’oxyde beaucoup plus vite et brise l’équilibre entre les taux de glutathion et la toxicité de l’organisme, générant une pneumonie bilatérale, altérant le comportement du système immunitaire, qui ne peut faire face dès que les neutrophiles [une variété de globules blancs polynucléaires] tentent de le phagocyter comme si c’était un pathogène, comme si c’était le sars-cov2.

Nous partageons un article aujourd’hui. Voyons : l’oxyde de graphène est détecté dans le corps par des cellules spécialisées (les neutrophiles) du système immunitaire. Exactement comme si c’était un pathogène. Peu importe au corps, au système immunitaire qu’il y ait un agent biologique parce que ça ne s’est jamais comporté comme un agent biologique. Il y a des périodes d’incubation si c’est biologique. Il n’est pas possible que dans des résidences de notre Espagne, comme à Matacaz à Barcelone, la moitié des résidents décèdent en 4 heures. Si c’est un agent biologique, il n’entraine pas de pneumonie bilatérale, mais plutôt une pneumonie asymétrique : il pénètre habituellement par le poumon droit en raison de la symétrie. Mais la moitié des résidents qui avaient été antérieurement vaccinés contre la grippe ne pouvaient pas mourir.

Nous avons observé que plus on vaccinait contre la grippe, plus le taux de mortalité du covid-19 était élevé et logiquement nous y avons vu une relation. L’autre relation était les champs électromagnétiques. Ce que nous ne savions pas, c’est qu’il y avait un marquage sur chacun de ces gens pour en faire une population-cible pour une focalisation électromagnétique. Une arme mortelle qui rend maintenant les gens magnétiques et vous comprendrez logiquement que s’ils interagissent avec ces sources de radiations à la fréquence et à la qualité spécifiques, ils déclenchent l’oxydation, brisent l’équilibre d’oxydoréduction des biomarqueurs de l’organisme, et entrainent la maladie covid-19.

Nous le savons de manière on ne peut plus claire et nous avons tous les articles scientifiques qui le prouvent. L’un d’eux est celui-ci :

(GO = oxyde de graphène)

« Des chercheurs de l’institut Karolinska, de l’université de Manchester et de l’université de technologie Chalmers ont montré que le système immunitaire de l’homme gère l’oxyde de graphène de manière similaire aux pathogènes, conduisant peut-être à des applications biomédicales plus sûres à l’avenir. »

Ce que vous voyez ici, c’est de l’oxyde de graphène attaqué par des neutrophiles qui sont, disons, des cellules du système immunitaire qui tentent de le phagocyter, de l’engloutir : de le coaguler. C’est pourquoi l’oxyde de graphène génère des caillots et des thromboses.

« L’oxyde de graphène est actuellement étudié pour un usage dans des méthodes de délivrance de divers médicaments et pour d’autres applications médicales et non-médicales. Il est cependant d’une importance cruciale de comprendre comment ces matériaux interagissent avec le corps. L’étude montre que les neutrophiles, le type le plus courant de globules blancs spécialisés dans le combat contre les infections – tout comme un pathogène – libèrent les dénommés pièges neutrophiles extra-cellulaires quand ils rencontrent de l’oxyde de graphène. Ces pièges sont faits d’une « toile d’araignée » d’ADN garnis de protéines qui aident les neutrophiles à détruire les microorganismes tels que les bactéries et les champignons. 

Les chercheurs ont découvert que l’oxyde de graphène cause des changements spécifiques dans la composition lipidique de la membrane cellulaire des neutrophiles, amenant la libération des pièges. Ils ont pu montrer aussi qu’un traitement anti-oxydant comme la N-acétylcystéine et le glutathion – ont inversé ce processus. »

C’est pourquoi des traitements au glutathion ont fonctionné et c’est pourquoi des traitements à la N-acétylcystéine, qui est un précurseur du glutathion ont fonctionné aussi. Parce qu’ils fournissent tous deux une armée d’antioxydants pour s’occuper d’une substance toxique, un empoisonnement, introduits dans le corps par différentes voies.

Dans une étude compagne publiée dans Nanoscale, il a été démontré que l’oxyde de graphène est dégradé dans les pièges des neutrophiles, tout à fait comme les bactéries et autres pathogènes. Mises ensemble, ces études montrent que l’oxyde de graphène peut être piégé et dégradé par les neutrophiles tout comme des pathogènes. Je veux vous dire que nous avons publié sur notre site au moins 70 études qui reflètent tout ce que nous disons et présentons ici.

D’un autre côté, on m’a interrogé sur l’efficacité du dioxyde de chlore. Il fonctionne d’une autre façon. Son rôle est d’oxygéner la cellule, il la prépare pour qu’elle ne soit pas facilement détruite par ce toxique. Ce que fait le glutathion, c’est de fournir une armée avec davantage de soldats pour gérer les toxines. Ce que nous avons trouvé, comme je l’ai dit, c’est que la plupart des traitements à la N-acétylcystéine ou au glutathion et même avec d’autres anti-oxydants, comme l’astaxanthine, qui est un puissant anti-oxydant, ont été des traitements très favorables aux patients.

Et aussi, curieusement et de manière tout à fait suspecte, nous avons découvert que ces institutions de santé sont littéralement gouvernées par le mal ; c’est de la psychopathie comme jamais vue dans l’histoire. Le 17 juin, la FDA a tenté de stopper le marché de la N-acétylcystéine après un usage de 57 ans en tant que mucolytique normal et courant. C’était très suspect, n’est-ce pas ?

C’est donc mon exposé en gros. Aucun doute que vous pouvez consulter les études effectuées à La Quinta Columna. Eh bien, c’est simplement quelque chose de très concluant et c’est le rapport préliminaire d’un professeur renommé d’une université publique ici en Espagne. Nous sommes près de fournir des preuves supplémentaires pour donner plus de force à ce rapport dans lequel on nous a déjà dit qu’il y a des preuves solides avérées de la présence d’oxyde de graphène dans l’échantillon que nous avons envoyé.

J’ai essayé ici de faire un exposé aussi synthétique que possible pour qu’aucun doute ne puisse être créé par la présentation donnée ici et pour qu’elle puisse être clarifiée pendant le temps qui nous reste. »

Ricardo Delgado.

Si vous voulez soutenir La Quinta Columna, vous pouvez vous reporter à leur site officiel et les suivre sur leurs chaînes officielles.

Sur  TelegramInstagramYoutube et Twitch.

Si vous souhaitez les contacter directement, envoyez-leur un message sur  tutoronline@hotmail.es. Ne vous inquiétez pas de la barrière linguistique, ils comprennent l’anglais et le français.

Source.

VOIR la seconde partie : Poison et antidote aux injections (2)

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

3 comments

  • Peter

    Avec les nouvelles antennes intelligentes « Smart Cells » et la technologie du Beamforming,
    n’importe quel vaxxiné ayant un portable sera aisément ciblé !!

    Des vaxxinés sans portables, le ciblage sera possible aussi, mais avec une augmentation
    de puissance rayonnée par les Smart Cells,
    et c’est bien ce qu’ils veulent,
    augmenter les puissances rayonnées,
    pour cibler tout le monde.

    Biensur les plus difficiles a cibler seront les non-vaxxinés, sans portables ni objets connectés corporels style HealthCare

    Voyez vous ce qui est en train de venir ?

  • JEAN-FRANÇOIS CAPELLE

    MERCI,
    C’est mon devoir de communiquer ces informations à mes proches.
    Je sais depuis 15 ans que l’état profond veut diminuer la population mondiale.
    Mais je ne savais pas quel moyen ils enployraient.
    Il faut se mobiliser malgrès la censure et communiquer ces informations aux gens bien pensants obéissant aux pouvoirs qui sont pro-vaccin.

  • Peter

    Restez discret le plus possible.
    Tatez le « terrain » auprés des Proches, ce qu’ils en pensent (…)
    sinon un jour ils pourraient devenir
    votre pire ennemi…

    Il leur est extrémement difficile d’accepter ce qu’ils ne comprennent pas.

    Ne lachez pas les gros morceaux avant…
    Prudence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *