Il est salué dans le monde entier, efficace, sans effets secondaires et est homologué dans 65 pays, alors pourquoi n’y a-t-il pas davantage de Russes qui se font vacciner au Spoutnik V ?

Suivi de « Poutine : il est hors de question de rendre la vaccination obligatoire »

Par Jonny Tickle

Source : RT, 26 avril 2021

Traduction : lecridespeuples.fr via Nouveau-Monde

La défiance historique des Russes envers les vaccins, la propagande nationale et internationale contre les vaccins Covid-19 en général (cf. les effets secondaires graves voire mortels constatés avec AstraZeneca, Pfizer et Moderna) et le Spoutnik-V en particulier, et surtout une absence d’incitation (la Russie a déjà déconfiné, et aucun chantage au retour à la vie normale n’y a jamais été exercé, Poutine ne cessant d’assurer qu’il n’y aura aucune forme d’obligation directe ou indirecte telle que le Pass sanitaire) sont les causes principales de ce désamour pour la  vaccination.

Précision à destination des Européens qui voudraient se faire injecter le vaccin russe, de facto boycotté par l’UE sous la pression de Washington et Big Pharma : le micro-Etat de Saint-Marin, en Italie, propose un tourisme vaccinal assez abordable (il suffit de réserver 2 fois 3 nuits d’hôtel à 25 jours d’intervalle + 50 euros pour s’y faire administrer les deux doses de Spoutnik).

Image
Les 65 pays (3.2 milliards d’habitants au total) qui ont homologué le vaccin russe

En août 2020, la Russie est devenue le premier pays au monde à enregistrer un vaccin contre le Covid-19. Malgré une réputation mondiale favorable et bien méritée de Spoutnik V, l’adoption nationale a été d’une lenteur décevante, mais il y a de nombreuses raisons à cela.

Développé par le centre Gamaleya de Moscou et nommé d’après le tout premier satellite artificiel, Spoutnik V a suscité des applaudissements internationaux, des responsables de la santé et des experts de pays tels que les États-Unis et l’Allemagne saluant les réalisations impressionnantes des scientifiques russes.

Institut d’épidémiologie et de microbiologie, le Centre Gamaleya n’est certainement pas étranger aux avancées scientifiques significatives, avec des succès dans la lutte contre Ebola et le MERS.

Voir Polio, Ebola, Covid-19… : le secret du leadership russe en recherche vaccinale

Le vaccin lui-même a une base solide. En tant que vecteur viral, Spoutnik V est construit de la même manière que les vaccins Oxford-AstraZeneca et Johnson & Johnson, mais contrairement à ces vaccins, aucun effet secondaire significatif n’a été signalé par aucun des dizaines de pays utilisant le vaccin. Notamment, il existe d’importantes différences de composition. Par exemple, Spoutnik V utilise un adénovirus humain, tandis qu’Oxford-AstraZeneca utilise de l’adénovirus de chimpanzé modifié.

Et de plus, Spoutnik V fonctionne. En février, la prestigieuse revue médicale britannique The Lancet a publié des données des scientifiques de Gamaleya montrant que le vaccin est efficace à 91,6%.

De plus, il ne semble pas non plus y avoir de problème d’approvisionnement, en particulier à Moscou et à Saint-Pétersbourg, où les doses sont facilement disponibles. Dans la capitale, il est même possible de se faire vacciner dans le prestigieux centre commercial GUM, sur la Place Rouge, avec vue sur le Kremlin. Cette disponibilité ne se limite pas aux deux capitales. Dans les villes du sud, telles que Krasnodar et Sotchi, on peut facilement se faire administrer le vaccin dans les centres commerciaux.

Voir Covid-19 : derrière l’illusion du choix, le ‘passeport sanitaire’ peut rendre la vaccination obligatoire

Cependant, au lundi 26 avril, selon la Première ministre Tatyana Golikova, seulement 5% (7 500 000 personnes) de la population russe avaient été entièrement vaccinés, un chiffre nettement inférieur à celui observé aux États-Unis et au Royaume-Uni, qui ont mis plus de temps pour approuver un vaccin. La proportion de Russes vaccinés est encore plus faible que celle de la France et de l’Allemagne, deux parties de l’Union européenne qui ont connu d’énormes ratés au début de leur programme de vaccination.

Covid doses administered 29-5-21
Covid doses administered 29-5-21 2
Chiffres de la population totalement vaccinée au 29 mai 2021, selon les données de ourworldindata, pour les USA, le Royaume-Uni, la France et la Russie. On voit que si, en valeur absolue, la population russe totalement vaccinée est légèrement supérieure à celle de la France, en valeur relative, elle est moitié moindre.
1 Covid dose administered 29-5-21 2
1 Covid dose administered 29-5-21
Chiffres de la population ayant reçu au moins une dose de vaccin au 29 mai 2021.

Contrairement à l’UE, le manque de personnes vaccinées contre le Covid-19 ne semble pas être dû à une pénurie de doses – du moins tant que la demande de vaccin reste faible. Selon le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, le pays n’a eu aucun problème à vacciner les personnes qui le souhaitent, mais la demande « laisse beaucoup à désirer ».

Alors, pourquoi le succès très médiatisé du vaccin russe s’est-il terminé avec si peu de citoyens voulaient recevoir le vaccin ?

Voir Malgré le désastre sanitaire et la pénurie, l’UE continue de snober le vaccin russe

Scepticisme vis-à-vis des vaccins

Le facteur le plus important, du moins selon les données de sondages disponibles, semble être le manque de confiance dans les vaccins en général.

Dans un article publié en mars, une étude de la banque d’investissement suisse Crédit Suisse a révélé que la Russie se classait à la dernière place sur huit pays sélectionnés, avec environ 30% de ses habitants souhaitant se faire vacciner contre le Covid-19. Ce chiffre est bien en deçà des pays en développement tels que la Chine, l’Inde et la Thaïlande, où plus des quatre cinquièmes ont déclaré qu’ils étaient prêts à se faire vacciner.

Ces résultats sont globalement similaires au sondage de février d’une autre société, le Levada Center, qui a révélé que seulement 30% des Russes étaient intéressés par Spoutnik V, tandis que 62% étaient totalement contre l’idée de se faire vacciner, et que seuls 4% l’avaient déjà fait. Le Centre Levada est enregistré en tant qu’agent étranger par le ministère russe de la Justice.

Les conclusions du Crédit Suisse sont cohérentes avec ses précédentes enquêtes, qui ont également révélé que moins de la moitié des Russes font confiance aux vaccins nationaux (38% en janvier 2021).

Et ce ne sont pas seulement les vaccins auxquels les gens ne semblent pas croire. Selon Vadim Pokrovsky de l’Académie des sciences de Russie, les citoyens ont très peu confiance en tout ce qui est approuvé par le gouvernement.

« Il y a des gens qui s’opposent complètement à la vaccination, pas seulement au vaccin contre le Covid-19 », a déclaré Pokrovsky au quotidien moscovite Gazette. « D’autres personnes, en particulier celles qui ont été élevées pendant l’Union soviétique, sont instinctivement méfiantes si elles pensent que l’État fait activement la promotion de quelque chose. »

Cependant, comme le rapport du Crédit Suisse l’a également noté, certains ont fait valoir que le moment et les circonstances entourant l’approbation de Spoutnik V pourraient également avoir joué un rôle dans la réduction de la confiance de la population dans le vaccin russe.

L’enregistrement de Spoutnik V a été révélé par le président Vladimir Poutine le 11 août de l’année dernière. S’exprimant à la télévision, il l’a qualifié de « moment important pour le monde entier » et a rassuré les Russes sur le fait que cela fonctionne « plutôt efficacement » et qu’il « a passé toutes les inspections nécessaires ». Même sa fille a déjà été vaccinée, a-t-il révélé.

Cependant, à ce stade, la formule approuvée n’avait pas encore passé son essai de phase trois. Cela a conduit Moscou à être accusé de brûler les étapes pour déployer le vaccin plus rapidement que d’habitude, en sautant une partie vitale du processus.

Alors que les résultats des phases un et deux avaient été extrêmement positifs, l’absence d’une troisième série de tests était source de préoccupation et a été critiquée par certains scientifiques occidentaux comme une « décision imprudente et insensée » et un « coup politique ».

En particulier, aux États-Unis, le directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses du pays, Anthony Fauci, a exprimé « de sérieux doutes » qu’un vaccin « sûr et efficace » aurait pu être produit après avoir été testé sur moins de 100 personnes.

Voir Face à l’annonce par la Russie d’un vaccin contre le Covid-19, les médias basculent dans le camp des anti-vaccins

Cependant, une fois finalement réalisés, les résultats intermédiaires de la phase III ont montré une efficacité de 91,6%. Bien que cela ait convaincu de nombreux experts, y compris le Dr Fauci, les Russes n’étaient pas entièrement convaincus. Les données positives, publiées en février, n’ont toujours pas eu l’effet souhaité d’améliorer massivement la confiance dans le vaccin.

Poutine n’a pas été vacciné tôt, et certains doutent qu’il ait été vacciné du tout

Contrairement aux gouvernements de nombreux autres pays, le Kremlin a été beaucoup moins énergique dans ses efforts pour encourager les citoyens à se faire vacciner. L’exemple le plus frappant en est le refus du Président Poutine de se faire vacciner publiquement.

En décembre, le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, a révélé que le retard était dû à « l’attente que toutes les formalités soient accomplies », comme l’essai de phase III, ayant précédemment noté qu’il « ne pouvait pas utiliser un vaccin non certifié ».

Lorsque Poutine a finalement décidé de recevoir le vaccin, le 23 mars, il a pris la décision inattendue de choisir de le faire en privé. D’autres dirigeants, tels que le britannique Boris Johnson, l’Ukraine Volodymyr Zelensky et l’américain Joe Biden, ont tous reçu leurs injections devant les caméras.

Voir En rejetant le vaccin russe, l’UE fait primer l’idéologie sur la santé publique

La décision du Président de ne pas faire de sa vaccination un événement public, et son refus de nommer le vaccin qu’il a reçu, ont conduit à toute une série de théories du complot, certains allant même jusqu’à suggérer qu’il aurait reçu un vaccin étranger au lieu d’un vaccin russe. D’autres disent qu’il n’a même jamais été immunisé du tout, tant de folles rumeurs constituant du carburant supplémentaire pour une population déjà sceptique à l’égard des vaccins. Cependant, le Kremlin a déclaré que sa réticence à préciser le vaccin utilisé était d’éviter de faire preuve de favoritisme à l’égard d’un des trois vaccins produits dans le pays.

Cela s’est encore compliqué lorsque Peskov a expliqué que Poutine n’aimait pas l’idée de « vaccination devant les caméras » pour ne pas « singer » les autres dirigeants, malgré le fait que son torse nu ait déjà été vu à la télévision à plusieurs reprises. La présidence russe a également souligné que ce genre de publicité n’était pas convaincant pour les sceptiques, soulignant qu’à un tel niveau, il serait facile de se faire injecter tout autre chose qu’un vaccin anti-Covid-19.

640x410_ministre-sante-sports-roselyne-bachelot-fait-vacciner-contre-grippe-lors-visite-centre-vaccination-14e-arrondissement-paris-12-novembre-2009
En 2009, Bachelot avait-elle vraiment reçu le vaccin contre la grippe A ou une simple solution saline inoffensive ? 94 millions de doses avaient été achetées face au prétendu fléau de la grippe H1N1, permettant surtout aux laboratoires de se gaver… Face à la commission d’enquête, Bachelot avait déclaré « Les liens d’intérêt ne sont pas forcément des conflits d’intérêt », nouveau « Responsable mais pas coupable ».

Un jour après que Poutine a reçu son injection de rappel, Peskov a affirmé que l’exemple personnel du Président serait « mobilisateur » et entraînerait « un effet très positif ». Selon le portail en ligne gogov, un agrégateur non officiel, le nombre quotidien de personnes recevant leur première injection a considérablement augmenté depuis que le Président a été vacciné, passant de 61 563 le 23 mars à 184 151 le 23 avril. On ne peut qu’imaginer à quel point cela aurait pu être amplifié si Poutine avait été vacciné plus tôt, et devant les caméras.

https://twitter.com/lecridespeuples/status/1390695659037208578

Désinformation et presse négative

À l’instar du déploiement du vaccin Covid-19 dans de nombreux autres pays, la campagne russe a été entachée d’énormes quantités de désinformation, à la fois en ligne et dans les médias grand public.

À la télévision, certains programmes se sont concentrés sur les inconvénients potentiels de la vaccination. Des histoires effrayantes, en particulier concernant les vaccins étrangers, ont souvent figuré en bonne place sur les chaînes d’information. En particulier, plus tôt dans l’année, les médias ont fréquemment rapporté le nombre de décès suite à la vaccination par le vaccin AstraZeneca, de fabrication occidentale, en particulier ceux liés aux caillots sanguins.

Avant son déploiement, le programme Vesti Nedeli sur Channel Russia 1 a surnommé l’AstraZeneca un « vaccin de singe » (référence à son adénovirus de chimpanzé), une description qui a certainement pu inquiéter un public déjà sceptique face aux vaccins. Ce propos a été condamné dans les médias étrangers, notamment dans le journal britannique The Times, qui affirmait que « les Russes » diffusaient de fausses informations sur le vaccin. En réponse, l’ambassade de Russie à Londres a qualifié le rapport du journal de « désinformation ».

Si les effets secondaires et décès de Pfizer / Moderna étaient rapportés aussi régulièrement que ceux (bien moindres) d’AstraZeneca, qui voudrait encore se faire vacciner ?

Il y a également eu beaucoup de désinformation sur le Spoutnik V de la Russie. En particulier, sur les réseaux sociaux tels que Vkontakte, WhatsApp et TikTok, les théories du complot sur les dommages potentiels causés par le vaccin se sont généralisées.

Sur Telegram, des chaînes comme « Sorok Sorokov » ont promu le contenu anti-vax, qualifiant Spoutnik V d’ « anti-humain » et « incluant une lignée cellulaire créée sur les cellules d’un enfant assassiné ». La chaîne partage régulièrement des vidéos et des citations de sceptiques sur les vaccins, dénichant et republiant des articles de quiconque note une légère inquiétude au sujet des vaccins.

Pour les jeunes, le site Web le plus dangereux pour les fausses informations est TikTok. Populaire auprès des jeunes Russes, le site Web est inondé de mensonges et de fausses déclarations. Cependant, s’adressant au média DW, financé par l’État allemand, la société a assuré qu’elle n’autorisait pas le contenu anti-vaccination.

Selon Alexandra Arkhipova, anthropologue et chercheuse principale à l’Université RANEPA, les Russes ont été inondés de désinformation sur des complots, tels que des rumeurs selon lesquelles « des personnes se font piquer ou se faire injecter quelque chose de dangereux sous le couvert de la vaccination ».

En fait, la situation avec les reportages des médias sur Spoutnik V a même atteint un point où le bureau du Procureur général a commencé à bloquer activement les sites « contenant de fausses informations sur le coronavirus et le puçage obligatoire des personnes. »

Voir Moscou : en boycottant le vaccin russe, Macron mène une « guerre contre son propre peuple »

Manque d’incitation

Un autre facteur affectant le déploiement du vaccin est un simple manque de motivation des Russes à prendre le temps de se rendre dans une clinique. Bien que le pays ait connu un confinement sévère au printemps 2020, les restrictions ont été assouplies depuis le déploiement massif du programme de vaccination en janvier de cette année. Étant donné que les restaurants, bars et boîtes de nuit sont ouverts, beaucoup de gens n’ont pas ressenti le besoin de recevoir le vaccin, n’ayant aucune incitation à obtenir une quelconque liberté supplémentaire en échange.

De plus, alors que certaines personnes dans d’autres pays se font vacciner avant de potentielles vacances d’été, la taille immense de la Russie signifie que les citoyens peuvent facilement se rendre à la plage ou dans une grande ville pour passer des vacances dépaysantes sans quitter le pays. Les vols à l’intérieur de la Russie fonctionnent comme d’habitude, certaines compagnies aériennes utilisant leurs avions excédentaires – généralement utilisés pour les liaisons internationales – pour emmener plus de personnes vers des stations balnéaires populaires telle que celle de Sotchi.

Pour ceux qui ont déjà eu le Covid-19, on pense également qu’il n’est pas nécessaire de se faire vacciner. Selon le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, environ 50% des Moscovites avaient des anticorps contre le coronavirus il y a cinq mois, un chiffre qui devrait être beaucoup plus élevé en avril 2021.

Et après ?

À l’intérieur du Kremlin, les responsables commencent peut-être à s’inquiéter du manque de Russes qui choisissent de se faire vacciner. Outre l’admission de Peskov selon laquelle la demande « laisse beaucoup à désirer », Poutine semble également amplifier son message pro-vaccin. Mercredi, lors de son discours annuel à l’Assemblée fédérale, le Président a utilisé sa plate-forme nationale, en direct à la télévision, pour exhorter les Russes à se faire vacciner.

« La vaccination est d’une importance cruciale », a-t-il déclaré aux responsables réunis. « L’opportunité de prendre le vaccin doit être disponible partout, afin que nous obtenions la prétendue immunité collective d’ici l’automne. »

« La réalisation de cet objectif dépend de tout le monde, de tous nos citoyens. Je vous en prie, je demande une fois de plus à tous les citoyens russes de se faire vacciner. »

Voir Covid-19 : pourquoi le vaccin russe est plus fiable que ses concurrents occidentaux

À l’approche de l’été, le Kremlin voudra utiliser le temps chaud et la baisse des chiffres d’infection pour faire vacciner davantage de personnes afin d’éviter une nouvelle troisième vague dévastatrice à l’automne. Tant que le pays peut fournir les approvisionnements pour répondre à la demande, il peut empêcher toute nouvelle catastrophe. Cela dépend simplement du bon vouloir des gens.


Poutine : il est hors de question de rendre la vaccination obligatoire

Réunion sur les questions économiques

Le Président a tenu une réunion, par vidéoconférence, pour discuter de la situation économique actuelle en Russie, le 26 mai 2021.

Source : en.kremlin.ru

Traduction : lecridespeuples.fr via Nouveau-Monde

Transcription :

[…] L’épidémie de coronavirus a souligné l’importance et la signification absolues de notre travail principal (en tant que gouvernement) : protéger les gens, assurer la vie et la santé de nos citoyens.

Maintenant que les restrictions sont assouplies et que l’économie se redresse, les entreprises et les organisations rétablissent leurs modes de travail habituels. La saison des vacances d’été est proche. Tout cela signifie que les gens se connectent davantage les uns aux autres et visitent les lieux publics. Dans ces conditions, il est très important de réduire systématiquement les risques de propagation du virus. Et à cette fin, comme je l’ai dit plus d’une fois, il est nécessaire de parvenir à ce que l’on appelle l’immunité collective.

La vaccination complète est le moyen le meilleur et le plus civilisé de réaliser cette tâche, comme le disent les experts à la fois dans notre pays et dans le reste du monde.

Je sais que les gens expriment des opinions différentes sur cette question. Certains d’entre eux soutiennent le fait de rendre la vaccination anti-coronavirus obligatoire. Certains pensent que celle-ci devrait être imposée à l’ensemble de la population du pays, tandis que d’autres pensent en termes de certaines professions, celles qui entrent en contact avec de nombreuses personnes en raison de leur travail. Ce dernier groupe comprend les personnes travaillant dans la vente, la restauration publique, les institutions médicales, éducatives et sociales, etc.

Je voudrais à nouveau exprimer ma position à ce sujet. Je pense que la vaccination obligatoire est inopportune et ne devrait pas être introduite. Les gens doivent se rendre compte par eux-mêmes de la nécessité de se faire vacciner. Ils doivent comprendre que s’ils ne le font pas, ils pourraient faire face à un danger très grave et même mortel. Cela s’applique principalement aux personnes âgées.

Je voudrais insister à nouveau et faire appel à tous nos concitoyens : veuillez y réfléchir sérieusement. Rappelez-vous que le vaccin russe, comme le montre la pratique de son utilisation des millions de fois (dans le monde), est le plus fiable et le plus sûr aujourd’hui, et que les conditions de vaccination ont été créées dans ce pays. Permettez-moi de répéter que sur la base de l’utilisation de ce vaccin des millions de fois, les spécialistes constatent qu’il ne nuit pas à la santé des gens ni ne provoque de graves complications. Il protège vraiment les gens de la menace d’infection ou prévient une forme grave. Les spécialistes, les scientifiques disposent d’informations fiables et démontrées sur cette question. Nous devons faire confiance à leur opinion professionnelle et les écouter. Ceci est directement lié à la situation économique et sociale, comme nous pouvons le voir d’après l’expérience de l’année écoulée. Mais ce n’est pas le point principal ; c’est très important, mais pas l’aspect le plus important. La santé passe avant tout. Veuillez y réfléchir en ces termes. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *