Scandale chez Merck, une ancienne cadre, Brandy Vaughan, avoue tout

C’était en 2017, et les scandales sanitaires s’ajoutent.

*****

Par Deborah Donnier

CLIQUEZ SOUS LA VIDÉO POUR ACTIVER LES SOUS-TITRES Lors du rassemblement en faveur de la liberté vaccinale le 9 Septembre 2017 à Paris, nous avons rencontré Brandy Vaughan, anciennement cadre de haut niveau chez Merck, l’un des plus puissant groupe pharmaceutique de la planète et elle l’a quitté après avoir compris que le Vioxx, médicament que vous aviez participé à commercialiser, avait finalement causé la Mort de plusieurs centaine de milliers de patients à travers le monde.

Interview Vous avancez que Merck connaissait parfaitement la dangerosité du Vioxx et que la compagnie a sciemment masqué ces données de létalité, vous confirmez à ce jour ? Vous avancez que les vaccins sont moins testes que les médicaments avant leurs mises sur le marché?

Le Président Trump avait promis une enquête fédérale autour du lien supposé entre autisme régressif et vaccination précoce par le ROR, ou en êtes vous aujourd’hui ? Les USA se débattent avec une controverse scientifique qui fait rage, la pertinence d une vaccination anti varicelle, la France est provisoirement épargnée qu’en pensez vous ?

One comment

  • Avatar Biquette

    Voilà au moins un témoignage de l’intérieur, qui ne fait que confirmer ce que nous apprenons au fil des années.
    Il faut vraiment s’y faire pour sortir de l’émotionnel et élaborer des plans d’attaque. Ou plutôt d’auto-défense. Car oui, nous sommes bel et bien en guerre !
    Et s’il ne s’agit pour nous que d’une guerre de l’information, je crois que c’est déjà bien.
    D’ailleurs, il y a désaccord entre JJ Crèvecoeur qui nous dit en somme de ne plus chercher à convaincre qui que ce soit, et de s’occuper de nous (comment nous sortir de ce guêpier), et Sylvano Trotta qui nous pousse à continuer d’agir, de convaincre le plus de gens possible.

    Je prendrais l’axe médian: lancer l’info. Si la personne mord à l’hameçon, on continue. Sinon il faut s’arrêter. Mais parfois j’en ai tellement assez que je balance une info brut de décoffrage et …oups ! Une voisine m’a dit: si je comprends bien vous nous traitez d’abrutis ?! Heu… (si vous saviez, m’dame !! ). Difficile de rattraper un coup pareil !! Même (et justement) si ce n’est pas la crème des voisines et qu’elle n’a pas inventé le fil à couper le beurre…
    Nous parlions de masques, mais l’idée est la même pour tous les sujets en cours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *